Immobilier : Les promoteurs scrutent les MRE …

En attendant le début de retour des MRE pour les vacances estivales, le secteur de l’immobilier vit au rythme d’un redécollage qui tarde toujours. En effet, la période d’été est connue pour le grand retour des MRE au Maroc, mais aussi pour être un véritable Moussem de transactions immobilières où ces dernier y contribuent trop […] The post Immobilier : Les promoteurs scrutent les MRE … appeared first on La Nouvelle Tribune.

Immobilier : Les promoteurs scrutent les MRE …
   lnt.ma
En attendant le début de retour des MRE pour les vacances estivales, le secteur de l’immobilier vit au rythme d’un redécollage qui tarde toujours. En effet, la période d’été est connue pour le grand retour des MRE au Maroc, mais aussi pour être un véritable Moussem de transactions immobilières où ces dernier y contribuent trop bien. A commencer par l’Etat, notamment à travers son bras immobilier Al Omrane ou encore son programme d’aide au logement, la cible MRE a toujours été au cœur de ses démarches commerciales et promotionnelles. A en croire la ministre de l’Habitat, Mme El Mansouri, 70% des investissements des MRE concernent le domaine de l’immobilier d’où, d’après elle, l’importance de leur faciliter l’accès à l’administration et d’appuyer leur contribution au développement de leur mère patrie, qu’il s’agisse d’acquisition de logements ou de biens immobiliers à des fins d’investissement. Et de poursuivre qu’en 2023, les mesures d’accompagnement consacrées aux MRE en la matière ont permis l’examen de 3.667 dossiers, dont 2.853 ont été approuvés, soit 78%, ainsi que de livrer 645 notes de renseignements urbanistiques, dont 32% en format numérique. Par rapport à cette communauté, il est également important de préciser qu’elle occupe une place importante sur le marché immobilier, bénéficiant de l’attention privilégiée des banques et des promoteurs immobiliers. Alors qu’ils reviennent en masse pour les vacances estivales, certains mettent à profit cette période pour concrétiser leurs projets immobiliers. Du côté des analystes, les MRE plébiscitent les projets immobiliers à long terme, soit près de 47% optent pour des durées de prêt comprises entre 16 et 25 ans. Les simulations sur plus de 25 ans représentent 17%. Les personnes actives dans le processus d’achat sont majoritairement des individus âgés de 30 à 40 ans, représentant 50% des simulations réalisées. Cela peut être assimilé à une volonté d’investir dans l’immobilier. Les MRE âgés de 40 à 50 ans sont également très présents, représentant 25% des simulations. Les Marocains de la diaspora disposent d’une capacité d’endettement relativement élevée. Elle varie entre 1,5 et 3 MDH pour pratiquement la moitié d’entre-eux (sur la base des simulations sur Afdal.ma). La capacité d’endettement monte jusqu’à 5 MDH voire dépasse ce seuil pour plus du quart (26%) des potentiels acquéreurs. Cependant, les recherches de financement portent en grande partie sur des montants compris entre 500.000 DH et 1,2 MDH. Des montants qui sont calqués sur les prix des biens recherchés. Les MRE se positionnent principalement sur des biens immobiliers situés dans une fourchette de prix comprise entre 500 000 Dhs et 1,2 MDH. Cette catégorie de biens représente 47% des simulations réalisées, révélant ainsi un intérêt marqué pour des biens alliant qualité et accessibilité. Par ailleurs, 25% des simulations concernent des biens d’une valeur située entre 1,5 et 3 MDH. Ces préférences diversifiées soulignent les multiples opportunités offertes sur le marché immobilier marocain pour satisfaire les attentes variées des MRE. A Rabat, le porte-parole du Gouvernement Baïtas, explique qu’au 23 mai dernier, 23% des bénéficiaires sont des MRE, notant que 57% des demandes concernent des logements dont le coût se situe entre 300.000 et 700.000 Dhs. S’agissant des dossiers présentés, le ministre a relevé que 90% des demandes enregistrées remplissent les conditions requises pour bénéficier de cette aide. Pour ce qui est du classement des bénéficiaires par région, M. Baitas a noté que la région de Fès-Meknès arrive en tête avec 35,9% des demandes satisfaites, suivie de Casablanca-Settat (34,54 %), de l’Oriental (6,5 %) et de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (environ 4%). En tout, le nombre de bénéficiaires du programme d’aide directe au logement s’est élevé 11.749 au 23 mai dernier, sur un total de 73.711 demandes. L’analyse des données extraites des simulations réalisées sur la plateforme d’Afdal.ma, couvrant plus de 500 simulations centrées sur les MRE en quête de financement immobilier, révèle plusieurs tendances claires. L’âge moyen des emprunteurs s’établit à environ 39 ans. Concernant la répartition par sexe, les hommes représentent 64.75% des emprunteurs, tandis que les femmes comptent pour 35.25%. Le revenu moyen des demandeurs de prêts est d’environ 49,241.51 MAD mensuels, tandis que le montant moyen de crédit immobilier sollicité se situe aux alentours de 893,853 MAD. L’apport moyen en fonds propres pour les prêts est de 457,377 MAD, avec environ 78.69% des emprunteurs réalisant un apport en fonds propres, indiquant un engagement financier significatif de la part de la majorité des demandeurs. La durée moyenne sur laquelle les MRE choisissent d’emprunter est d’environ 17 ans. Les professions des MRE emprunteurs montrent une prédominance notable des salariés du secteur privé, qui représentent environ 78.69% des cas. Ils sont suivis par les salariés du secteur public (fonctionnaires) avec 9.28%, et les chefs d’entreprise à 7.39%. D’autres catégories professionnelles apparaissent également mais avec des pourcentages nettement inférieurs. Ces catégories incluent auto-entrepreneurs, professions libérales, commerçants, et artisans, chacun apportant sa propre dynamique et ses préférences en matière de biens immobiliers. Les types de biens immobiliers les plus fréquemment financés sont les appartements. Quant aux villes les plus prisées par les MRE pour le financement de biens immobiliers, Casablanca se distingue clairement avec 43.45% des choix, illustrant sa position comme centre économique majeur du Maroc. Marrakech arrive en seconde position avec 15.86%, suivie de Tanger (8.97%) et de Rabat (6.21%). D’autres villes comme Oujda, Mohammédia, Agadir, et Fès montrent également une demande significative, reflétant une diversité géographique dans les préférences immobilières des MRE. En ce qui concerne le pays de provenance des MRE qui sollicitent des financements immobiliers via Afdal.ma, la majorité provient de France avec 58.25% des cas. D’autres pays européens figurent également parmi les sources significatives de demandeurs, notamment la Belgique, la Suisse et l’Espagne. Important également de souligner et avec force que l’expérience très mal tournée pour l’acquisition d’un toit au bled a fini par décevoir beaucoup de MRE. A cela s’ajoute une administration le plus souvent déconnectée des enjeux socio-économique de l’heure. Les prix, l’arnaque dans les matériaux de construction, le non-respect des délais de livraison, Al Fassad et la corruption dans les services communaux… sont autant de maux qui ne cessent de décevoir aussi bien les MRE que les nationaux et nuisent gravement à l’image d’un secteur aussi fondamental à la fois pour le PIB que pour la cohésion sociale. Hasssan Zaatit   The post Immobilier : Les promoteurs scrutent les MRE … appeared first on La Nouvelle Tribune.