Législatives françaises : Macron respecterait-il le verdict des urnes

Avec la victoire surprise de l'alliance de gauche au détriment du Rassemblement national, le nouveau Front Populaire (NFP) devient la première force politique de la prochaine Assemblée nationale, et constitutionnellement devrait être appelé à diriger le gouvernement. Mais… La coalition du NFP, vainqueure du 2ème tour des législatives en France, comprend notamment 74 députés de La France Insoumise (LFI), 64 socialistes et 33 écologistes et apparentés. Elle gagne 56 sièges par rapport aux 137 élus Nupes de 2022. Mathilde Panot, ancienne cheffe du bloc parlementaire La France Insoumise dans l'Assemblée nationale dissoute et réélue en tant que députée dans la 10e circonscription du Val-de-Marne avec 59,29% des voix, doute de la volonté du président Macron de respecter les résultats des urnes. "Quand j’entends des macronistes dire qu’il faudrait effacer une victoire qui a eu lieu il y a seulement deux jours […] j’ai un doute sur le fait qu’Emmanuel Ma

Législatives françaises : Macron respecterait-il le verdict des urnes
   lopinion.ma
Avec la victoire surprise de l'alliance de gauche au détriment du Rassemblement national, le nouveau Front Populaire (NFP) devient la première force politique de la prochaine Assemblée nationale, et constitutionnellement devrait être appelé à diriger le gouvernement. Mais… La coalition du NFP, vainqueure du 2ème tour des législatives en France, comprend notamment 74 députés de La France Insoumise (LFI), 64 socialistes et 33 écologistes et apparentés. Elle gagne 56 sièges par rapport aux 137 élus Nupes de 2022. Mathilde Panot, ancienne cheffe du bloc parlementaire La France Insoumise dans l'Assemblée nationale dissoute et réélue en tant que députée dans la 10e circonscription du Val-de-Marne avec 59,29% des voix, doute de la volonté du président Macron de respecter les résultats des urnes. "Quand j’entends des macronistes dire qu’il faudrait effacer une victoire qui a eu lieu il y a seulement deux jours […] j’ai un doute sur le fait qu’Emmanuel Macron ne respecte pas ce qui est sorti des urnes et le choix très clair des Français et des Françaises", a-t-elle déclarée mardi matin dans une interview télévisée. "La macronie a été défaite (…) Gabriel Attal doit s’en aller. Le président de la République aurait dû accepter sa démission", a-t-elle souligné, appelant le chef de l'Etat à "agir comme Président pour nommer un Premier ministre du Nouveau Front populaire". Panot a justifié sa position par la coutume qui veut que le Premier ministre soit issu de la majorité à l'Assemblée nationale.   Gabriel Attal reste à Matignon   "La tradition républicaine veut que ce soit le plus gros groupe", a-t-elle martelé précisant que le Nouveau Front populaire travaille actuellement "à proposer un Premier ministre et une équipe gouvernementale". Les propos de Panot interviennent au lendemain de la démission du Premier ministre Gabriel Attal que le président Macron a refusée pour "la stabilité du pays", lui demandant de rester à Matignon "pour le moment". La majorité sortante du président Macron, représentée par Ensemble pour la République a été devancée par le Nouveau Front populaire qui devient le premier bloc parlementaire dans la nouvelle Assemblée, avec 193 députés contre 164. Le Rassemblement national et ses alliés d'extrême droite qui était en première position lors du premier tour, le 30 juin, n'a récolté finalement que 143 sièges. Lundi, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, réélu dans sa circonscription de Tourcoing sous les couleurs d'Ensemble pour la République, a affirmé que "personne n'a gagné les élections" et qu'il était "hors de question de gouverner ou de soutenir une coalition qui aurait des liens avec LFI ou le RN".