Mâalem Allal Soudani, une icône de l'art gnaoui, nous a quittés

Mâalem Allal Soudani, éminente figure de l’art gnaoui, s'est éteint lundi à Essaouira à l'âge de 72 ans, après une longue maladie, selon ses proches. L'univers de l'art gnaoui est en deuil. Mâalem Allal Soudani, natif d'Essaouira en 1952 et issu d'une prestigieuse lignée gnaouie d'origine soudanaise, a laissé une empreinte indélébile sur cet art ancestral. Initié dès son plus jeune âge aux secrets de la musique gnaouie par son père, il a acquis une formation musicale rigoureuse, accédant au titre de Maâlem à seulement 18 ans. Sa quête de perfection l'a ensuite conduit à se former auprès de maîtres renommés tels que Boubker Guinea, Ahmed El Haddad et Belkheir.   Dans une déclaration à la MAP, André Azoulay, Conseiller de Sa Majesté le Roi et Président fondateur de l’Association Essaouira-Mogador, a rendu hommage à Mâalem Allal Soudani. « Avec l’élégance souriante de sa dégaine, le Mâalem Allal Soudani était, aux côtés de sa fratrie, l’incarnation génére

Mâalem Allal Soudani, une icône de l'art gnaoui, nous a quittés
   lopinion.ma
Mâalem Allal Soudani, éminente figure de l’art gnaoui, s'est éteint lundi à Essaouira à l'âge de 72 ans, après une longue maladie, selon ses proches. L'univers de l'art gnaoui est en deuil. Mâalem Allal Soudani, natif d'Essaouira en 1952 et issu d'une prestigieuse lignée gnaouie d'origine soudanaise, a laissé une empreinte indélébile sur cet art ancestral. Initié dès son plus jeune âge aux secrets de la musique gnaouie par son père, il a acquis une formation musicale rigoureuse, accédant au titre de Maâlem à seulement 18 ans. Sa quête de perfection l'a ensuite conduit à se former auprès de maîtres renommés tels que Boubker Guinea, Ahmed El Haddad et Belkheir.   Dans une déclaration à la MAP, André Azoulay, Conseiller de Sa Majesté le Roi et Président fondateur de l’Association Essaouira-Mogador, a rendu hommage à Mâalem Allal Soudani. « Avec l’élégance souriante de sa dégaine, le Mâalem Allal Soudani était, aux côtés de sa fratrie, l’incarnation généreuse et talentueuse de la tradition et de l’école souirie de la Tagnaouite façon Mogador. » Azoulay a ajouté que « cette communauté gardera précieusement le souvenir de l’un de ses grands maîtres, qui aura contribué par son style et marqué de son sceau la renaissance et la refondation de cet art à Essaouira et ailleurs. »   Mâalem Allal Soudani était profondément attaché aux pratiques traditionnelles de la musique gnaouie. Son engagement envers cet héritage culturel lui a valu une reconnaissance nationale et internationale. Il s'est démarqué comme l'un des plus ardents défenseurs et conservateurs de cet art, veillant scrupuleusement au respect de ses règles et traditions.   Il a grandi au sein de la zaouïa de Sidi Bilal, immergé dans les rites et les soirées rituelles, où il a appris les fondements de la "tagnaouite" aux côtés de son père. Cet environnement a forgé son style unique et son approche profondément enracinée dans la tradition souirie.   Artiste dévoué et éducateur passionné, Mâalem Allal Soudani a consacré sa vie à la transmission de son savoir aux jeunes générations. Il a joué un rôle crucial dans la restructuration de la confrérie Gnaoua et de l'Association de la zaouïa de Sidi Bilal, contribuant ainsi à la réouverture de cette institution pour qu'elle retrouve son rôle éducatif et rayonnant après des années difficiles.   Éloquent orateur et historien émérite de la culture gnaouie, Mâalem Allal Soudani s'est imposé parmi les grands de cet art emblématique grâce à son expertise, sa forte personnalité et son charisme unique.   Durant les années 60 et 70, il a côtoyé de nombreux artistes mondiaux à l'époque de l'ère hippie, participant également à des rencontres musicales lors du Festival Gnaoua et Musiques du Monde.   Avec MAP