Trois meurtres en une semaine à Meknès

Entre la nuit du mercredi et le soir du samedi, 5 et 8 juin, trois meurtres ont eu lieu à la capitale ismaélite dont les auteurs sont des vingtenaires, sans emploi et consommateurs de drogues. Mercredi 5 juin, alors que les éléments de la police judiciaire relevant de la sûreté préfectorale à Meknès s’activent pour […]

Trois meurtres en une semaine à Meknès
   aujourdhui.ma
Entre la nuit du mercredi et le soir du samedi, 5 et 8 juin, trois meurtres ont eu lieu à la capitale ismaélite dont les auteurs sont des vingtenaires, sans emploi et consommateurs de drogues. Mercredi 5 juin, alors que les éléments de la police judiciaire relevant de la sûreté préfectorale à Meknès s’activent pour élucider une affaire de meurtre dans l’un des quartiers chauds de la ville, une information leur parvient faisant état qu’un autre meurtre a été commis dans un autre quartier. C’est en fait le troisième en trois jours. Le dernier en date qui a été commis la nuit du vendredi au samedi, 7 au 8 juin, au territoire de la commune d’Ouislane concerne un sexagénaire qui jouissait d’une bonne réputation dans la région de Blad Moulay Zidane. Il était chez lui lorsqu’il a entendu du vacarme provenant du quartier. En regardant depuis la fenêtre, il a remarqué des délinquants qui se disputaient violemment en se jetant des pierres. Craignant que sa voiture soit touchée, il est sorti pour la garer dans un lieu plus sûr. Dès qu’il a ouvert le portail de son véhicule, une pierre le touche à la tête, il perd connaissance. Après quoi, les éléments de la protection civile se sont dépêchés sur les lieux afin de le transporter à bord d’une ambulance vers le service des urgences de l’hôpital Mohammed V, à Meknès. Malheureusement, à mi-chemin, il a rendu l’âme. Alertés, les éléments de la police judiciaire se sont mobilisés tout en menant les investigations nécessaires soldées par l’arrestation de sept suspects. Maintenus en garde à vue, ces derniers ont été traduits devant le parquet général près la Cour d’appel. Quelques heures auparavant, vendredi 7 juin, cette fois-ci au quartier Al Msalla, un jeune homme, la vingtaine, coiffeur de son état, a mis fin à la vie de son cousin, apprend-on de la même source judiciaire. La victime, également vingtenaire, marchand d’ail, se rendait à la «souika» (petit souk) lorsque son cousin lui a coupé le chemin. Après une discussion houleuse ils ont commencé à échanger les injures. C’est alors que le coiffeur qui était armé d’un couteau a commis l’irréparable en assénant un coup à la poitrine de son cousin qui a succombé à sa blessure aux urgences de l’hôpital Mohammed V. Le troisième meurtre a été perpétré, mercredi 5 juin. La scène du crime était le quartier Sidi Bouzekri où demeurent aussi bien la victime, un trentenaire, que l’auteur du crime, âgé de dix-sept ans. Après une simple prise de bec, l’adolescent a gravement blessé à la main le trentenaire engendrant une hémorragie. La victime a rendu l’âme au service des urgences de l’hôpital.